02/12/2006

Quelques lignes

Sur la route au Manitoba

 

La route, mangeuse de temps.

« De Winnipeg à Thompson »

 

Le temps d’une route

Le ciel, la route.

Des arbres, la route.

Eclat d’un lac, la route.

Eclat d’une rivière, la route.

Devant, la route.

Derrière, la route.

 

Lecture journalière des panneaux routiers, le défoulement culturel.

L’accueil du futur maire de « Grands Rapids »

Le petit bateau vert d’eau sur le grand lac Winnipeg.

Pêcheurs des lacs.

Le motel aux belges.

Un oiseau perdu.

De noirs corbeaux bien sympathiques

Indiens – Histoire avec aventure humaine sans ruines et sans pyramides.

Bruit de roulement de pneus.

Bruit du vent – le son du bruit – la pression d’un silence.

Les écrasés de la route, la lecture moderne du livre sur la faune des forets boréales..

Les villages des « pourquoi sont-ils là ? »

Les chips, le coca, les bonbons, les biscuits.

Ça dort à l’arrière.

Pensées, fatigue, une impression de non fin, un oubli du début.

Parcourir une route sans fin, c’est vivre des instants sans passé.

Fascination pour l’oiseau noir.

Un ami qui a compris qu’il n’y a rien à comprendre.

Ici ou ailleurs, au fond tout est pareil.

Destination prochaine, un semblant de virage à 15 km.

La liberté d’être nul part.

Pas de bas, pas de haut.

Des arbres sans majestés, multiples à l’infini et persévérants dans l’immense solitude sont les spectateurs des mets de la route mangeuse de temps.

Quand le temps change en monotonie et que s’y glisse la paix.

 

Les matins de silence dans cet endroit où les oiseaux ont oubliés de chanter.

Les matins de silence où derrière un ciel gris, le soleil se lève sans faire de bruit.

Je m’y réveille encore abruti par le chemin parcouru la vielle.

De l’eau fraîche et froide sur le visage, redonne la vigueur nécessaire à reprendre le jour et a oublié les rêves de la nuit.

 

 Flion Jacques

En vol entre Montréal et Bruxelles à bord d’Air Canada la nuit du 28//10/01

 

13:51 Écrit par Jacques dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.