31/07/2005

Prohibition de retour ?

 
Al Capone et Elliot Ness de retour à Québec?????
 
Porte Saint-Jean

Les restaurants et bars de la rue Saint-Jean dans le Vieux-Québec ne pourront vendre de l'alcool sur les terrasses aménagées lorsque la rue sera réservée aux piétons.

La décision de la Ville de réserver la rue aux piétons, à certaines périodes, a été prise le 21 juin et il faut deux mois pour obtenir un permis de terrasses.

La Régie des alcools, des courses et des jeux vient de rejeter une demande de l'association des gens d'affaires de la rue Saint-Jean d'octroyer des permis temporaires du 12 août au 4 septembre, pour l'événement Théatre sur rue.



16:43 Écrit par Jacques | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/07/2005

Grande question


Les saucisses à hot-dog

Enfin le beau temps! Le retour de la saison chaude annonce aussi celui du hot-dog. Vous êtes-vous déjà demandé ce que contient une saucisse à hot-dog?  

 




14:18 Écrit par Jacques | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

27/07/2005

Saviez-vous ?

Le Saint Laurent a aussi son Titanic
 
Une toile de l'Empress of Ireland

Durant sa brève carrière, soit de 1906 jusqu'à son naufrage en 1914, l'Empress of Ireland a permis à 80 000 personnes d'immigrer dans l'ouest du pays, surtout en Saskatchewan et en Alberta.

De nos jours, les descendants de ces premiers immigrants sont un peu plus d'un demi-million.

Cette page de l'histoire canadienne explique l'intérêt que porte depuis deux ans une équipe de scientifiques de l'Ouest canadien à l'épave qui repose au large de Sainte-Luce, près de Rimouski, au Québec.

Cet engouement et ce sens de l'histoire expliquent aussi pourquoi un groupe de bénévoles a créé une fondation pour amasser des fonds afin d'acquérir la collection d'objets de l'épave appartenant au plongeur et collectionneur Philippe Beaudry.

L'Empress of Ireland était affrété par la Canadien Pacifique. Construit en Écosse, il a assuré la liaison régulière Liverpool-Québec durant huit ans. Le bateau de 14 000 tonneaux et de plus de 165 mètres coule le 29 mai 1914 au large de Rimouski avec 1477 personnes à son bord.

Le naufrage entraîne la mort de 1012 personnes et demeure la plus grande tragédie maritime de l'histoire du Canada.

16:43 Écrit par Jacques | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/07/2005

Le monde continue de tourner

Une histoire de Cabane au Canada
 

Le Yukon compte sur des images de la ruée vers l'or, de grands espaces et d'aventures dans le Grand-Nord pour attirer les touristes étrangers.

Certains semblent prendre ces rêves de pionnier un peu trop au sérieux.

C'est le cas d'un Français qui a été découvert par des fonctionnaires yukonnais qui survolaient en hélicoptère une région sauvage à 150 kilomètres du village de Mayo.

Une cabane de pionnier avec un toit couvert de terre a attiré leur attention.

L'hélicoptère s'est posé et les fonctionnaires ont eu la surprise de rencontrer Guy Mirabeau, un homme âgé qui, depuis 1996, passe tous ses étés loin de tout, seul avec ses livres.

Les fonctionnaires ont obtenu un ordre d'expulsion, car le temps où les pionniers pouvaient ériger une maison sans permis de construction est révolu, même au Yukon.

Le rêveur a 30 jours pour produire un titre de propriété, sinon sa cabane au Canada sera détruite.
 
Je trouve à cette histoire VRAI comme un petit goût de tristesse, comme une destruction de  liberté, comme à la fonctionnarité même des rêves.
Tout en comprenant les abus que pourrait engendrer cette pratique, je suis quand même perturbé pae cette nouvelle.

20:09 Écrit par Jacques | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

21/07/2005

Le Gold 2006 est arrivé

 

16:04 Écrit par Jacques | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/07/2005

Il est temps de se préparer

 

Noël blanc en bonne ville de Québec



18:38 Écrit par Jacques | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Histoire

 

Il y avait une fois...

Le site historique de Port-Royal en Nouvelle-Écosse célèbre samedi le 400e anniversaire de l'arrivée des premiers colons français en Nouvelle-Écosse, créant la première colonie européenne permanente au Canada.

Les célébrations prévues à Port-Royal, ancienne capitale de l'Acadie, comprennent la reconstitution de l'arrivée de l'explorateur français Samuel de Champlain et la première rencontre de son équipage avec les Micmacs.

La reconstitution commencera par dépeindre la vie des Micmacs avant que les colons français s'installent dans la région, le long de la baie de Fundy en 1605.

La représentation démontrera ensuite la rencontre historique qui a forgé une relation de coopération entre les deux groupes.

L'explorateur français avait choisi ce site près de la Baie de Fundy pour y installer la première colonie permanente européenne de ce qui allait devenir le Canada.

Postes Canada va, pour sa part, procéder à l'émission d'un timbre commémoratif afin de souligner cet anniversaire.

Radio Canada


11:08 Écrit par Jacques | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/07/2005

Au loup

 

 

Adoption d'une nouvelle politique provinciale pour protéger le loup

.



Le gouvernement provincial adopte une politique pour protéger le loup gris et le loup de l'Est. La nouvelle réglementation interdit la chasse au loup durant l'été et impose un quota de deux prises par chasseur. De même, dorénavant, toute personne abattant un loup en Ontario doit rapporter l'incident aux autorités.

Toutefois, les trappeurs, les chasseurs et la Société pour la nature et les parcs du Canada s'interrogent sur l'efficacité de cette loi quant à la protection du loup.

13:24 Écrit par Jacques | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/07/2005

Gourmandise

 
- Sortie gourmande en Outaouais -
Pour se rendre à la confiserie de Wakefield, dans la région de Gatineau, on peut, tout simplement, prendre sa voiture. Mais on peut aussi y aller avec un authentique train à vapeur. Le train Hull-Chelsea-Wakefield transporte ses passagers de la ville de Hull jusqu'au pittoresque village de Wakefield.

C’est là qu’est située la confiserie de Marc et Sylvie Fournier. Ce jeune couple a acheté une petite boutique, connue initialement pour ses confitures. Puis, il se sont essayés au fudge. Ils vendent aussi des chocolats et des bonbons.

Travailler avec le sucre est tout un art, comme l’a constaté Marc Fournier. « C’est délicat de travailler avec le sucre, très délicat. Les températures, les degrés, les timings… Ça m’a pris un bon trois mois avant de faire un fudge qui [avait de l’allure] à chaque fois. »

Le fudge doit impérativement atteindre 116 degrés Celsius. Pour mesurer la température, Marc Fournier utilise un thermomètre parfaitement calibré.

Pour les confitures, il utilise plutôt un réfractomètre, qui calcule la densité du sucre dans le sirop. Avec un taux de sucre de 66 %, les confitures peuvent se conserver pendant un an sans besoin d’ajouter d’agents de conservation.

À la confiserie Wakefield, on fabrique cinq sortes de fudge. Le plus original est le fudge aux cinq poivres. Tous sont faits avec des ingrédients naturels, comme du sirop d’érable, de la crème et du beurre.

 [Sortie gourmande en Outaouais]


11:18 Écrit par Jacques | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |